Apprendre à cracher du feu


#1

Cracher du feu est un art de rue qui demande quelques mises en garde pour rester avant tout : un bon moment :wink:

Le matériel :

Il n’existe, en France, que deux liquides utilisables pour cette pratique :

  • Le pétrole désaromatisé (peu coûteux, sent fort, agresse la peau et les muqueuses, flammes plus sombres)
  • l’eau de feu (plus chère, ne sent pas, na pas de gout, flammes claires)

Le premier ne coûte pas très cher et a cause de son odeur et de son gout n’est pas très confortable a l’utilisation. Vous ne voulez pas l’avaler et vous ne voulez surtout pas l’inhaler. Le deuxième est plus “confortable” mais a cause de son absence de gout et d’odeur est plus facilement “avalable”. L’un comme l’autre ne sont pas fait pour rentrer dans votre organisme.

Que risquez-vous si vous en avalez ou pire si vous en inhalez ?
Nausées, vertiges, toux, irritation des bronches... [[Les pompiers]]. 

Le truc c est de ne 'SURTOUT NI AVALER, NI INHALER'.

Un seul matériau, à ce jour, qui a fait ses preuves face aux allumages répétés : le Kevlar®
Fabriquer une torche est a la portée de chacun. Il suffit de fixer un morceau de Kevlar de la taille de la main (ou plus petit), au bout d’une tige métallique (suffisamment longue pour ne pas se brûler).

Voilà pour le matériel.

Quelques exercices avant de passer au feu :

a. L’eau

Prenez un verre vide et posez le au sol devant vous a environs 1m 50. Prenez de l’eau dans votre bouche et essayez de viser le verre. Le but de l’exercice est de réussir a faire un jet régulier. On y voit comment gérer la pression des joues sur la forme des lèvres. Utiliser sa bouche pleine (pas d’air dans la bouche) et affiner sa précision (forme de bouche).

b. L’utilisation du corps

Assis, dos à un mur, pour travailler le nuage de postillons. Torchons et protections sont là pour commencer a s’y familiariser. Le but est de ressentir la mécanique ventilatoire sans se préoccuper de l’équilibre (débout). Diffuser de façon homogène de fines gouttelettes en essayant d’en mettre le moins possible “à coté”. On associe le travail abdominal a la gestion de la pression dans la bouche. L’objectif de cet exercice est de réussir a détendre tout le corps tout en propulsant fortement et régulièrement des postillons devant sois. Etre détendu dans l’effort. On travail le rythme respiratoire, la routine de charge, le dosage des jets, les automatismes de nettoyage.

c. Le Feu

Une gorgée d’eau de feu, sans bulles dans la bouche, visage sec, cou, nuque et cheveux protégés. Poumons pleins. Torche allumée à 20 cm de la bouche. On applique exactement ce qu’on a vu avec l’eau. Il est primordiale de s’essuyer après chaque essais, de veiller au sens du vent et a son environnement. Une fois le cône de pulvérisation cerné et la flamme “tenue” il est possible de se déplacer.

Il va de soit que toute personne qui met un produit inflammable dans sa bouche est responsable des conséquences. Ne faites jamais ça seul, veillez toujours a avoir des couvertures anti feu, des tissus mouillés pour éteindre vos agrès, de l’eau potable, un téléphone portable chargé, de quoi vous laver les mains et le visage correctement après.

Voilà dans les grandes lignes de quoi déjà vous donnez quelques pistes et réponses.

Voilà comment je m’explique ce qui se passe :

Le diaphragme et les abdos “percutent” l’air dans les poumons. La tête se redresse. L air rentre dans la bouche et augmentant la pression fait s’ouvrir les lèvres.
Quand le jet d air sort de la bouche il traverse les lèvres et emmène avec lui des postillons d eau de feu. Selon la forme des lèvres, la taille et la forme des flammes varient. En alimentant ce jet d air de façon entretenue on peux tenir la flamme devant son visage plusieurs secondes.

J’éditerai ce message au fil du temps pour l’étoffer de vidéos et d’images plus parlantes…


#2

La liste des techniques :

Une fois les principes de bases acquis (mécanique et sécurité) voici quelques figures à réaliser par ordre de difficulté :wink:

  • Le flash (toute petite boule)
  • Le chalumeau (flamme fine et courte)

images manquantes

  • La colonne (flamme large et longue)
  • Le champignon (grosse boule)
  • Le mur (flamme ascendante départ du sol)
  • La comète (flamme descendante jusqu’au sol)
  • Le 180° (flamme horizontale de gauche à droite ou l’inverse)
  • Le morning (180° verticale)
  • La double flamme (flamme divisée en deux)

Voici a ce jour pour les flammes dites “statiques” (pas de déplacement des pieds). Chacune de ces techniques peut etre réalisée debout, assis ou allongé, les orientations sont données à titre indicatif, ici la notion de “plan” est indicative.

  • Le 360° (flamme faisant le tour complet de la tête)
  • Le 540° (1 tour et demi)
  • Le 720° (2 tours)
  • Le 900° (2 tours et demi)
  • Le 1080° (on ne l’explique pas on veut des preuves)

En clair il est question d’être capable de tenir une flamme au bout des lèvres et de lui faire faire le tour de sa tête. La notion de “autour de la tête” est importante sinon cela s’appelle une pirouette ou une isolation.
(Les meilleurs le font sans garder la torche devant la bouche).

  • La pirouette (cracher au dessus de en tournant sur sois même)
  • L’isolation (cracher en tournant autour de sa flamme)

Une fois le principe des tours sur sois même acquis, la notion de déplacement est plus accessible. Pour se déplacer en crachant du feu il est primordiale d’être capable de dissocier la mécanique ventilatoire de l’effort physique nécessaire au déplacement.

Ex : tenir une colonne en marchant requiert d’arriver a tenir son souffle et d’aligner plusieurs pas sans tituber…

A ce stade si vous vous sentez à l’aise, il est une astuce que vous avez surement déjà sentie “passer” :

  • Le switch (tenir une orientation de feu tout en changeant celle de la tete)

Cette technique est celle qui va vous permettre de passer d’une figure à une autre.

Ex : 180° - switch - colonne (une fois le 180° réalisé, il faut lever une colonne. Cette “articulation” c’est le switch.

Quand tout cela est clair il y a deux approches possibles :

Travailler seul en imaginant des enchaînements entre chaque techniques et en associant toute forme de mouvements (se lever/s’asseoir, s’allonger/s’accroupir).

Travailler en équipe et aborder le “passing”. Pour ceci le flash est primordial. Vous devez être capable de débuter et finir une flamme de façon très brève “catch”. chaque participant doit impérativement maitriser la majorité de ce qui est écrit plus haut avant de pouvoir commencer a s’approcher du visage d’un autre cracheur sans risques.


#4

How to start firebreathing ? / Comment commencer ?

  1. Take water and try to spit it (string then cloud)
  2. Prenez de l’eau et essayez de la cracher(en filet puis en nuage)
  3. See how it’s hard to be precise ? Imagine with a fire ball …
  4. Pas simple d’être précis ? Imaginez avec une boule de feu …
  5. Still not affraid ? Great !! Sit on the floor and put your head on a wall (no escape)
  6. Pas peur ? Génial !! Assieds toi par terre dos et tete collée a un mur (pas de recul)
  7. Again with water.
  8. Recommencez avec de l’eau.
  9. See all the mess ? Imagine that with a flammable liquid now …
  10. Yen a partout ? Imaginez ça avec un liquide inflammable …
  11. Then you’ll never forget to keep a blanket with you to dry your face after EACH try.
  12. Vous ne devriez plus oublier d’avoir un torchon pour vous essuyer à CHAQUE fois.
  13. Ok, so the head is sticked to the wall, your mouth is filled but not fully, empty the air, take a deep breath by the nose, dry your face… Take a moment to think about what your doing, then make a nice cloud of water and focus on the sound of it, is it regular ?
  14. Ok, la tête collée au mur, la bouche remplie mais pas pleine, videz l’air, prenez une bonne inspiration, essuyez vous… Prenez le temps de comprendre ce que vous faites, faite un joli nuage d’eau et concentrez vous sur le son, est il régulier ?
  15. The main idea is to be able to make a regular and strong sound while having the body in a “locked position”.
  16. L’idée c’est d’arriver à faire un son régulier et fort tout en ayant le corps dans une position “bloquée”.
  17. Your lips and chicks control will make the shape of your flames, water help you on that. Once is understood feel the power of your breathing system (use abdominal breathing) to increase or reduce the size of your clouds.
  18. Vos lèvres et vos joues vont définir la forme de vos flammes, l’eau vous aide a travailler ça. Une fois que c’est compris, ressentez la puissance de votre système respiratoire (utilisez la respiration abdominale) pour augmenter ou réduire la taille de vos nuages.
  19. So far you should be able to understand the basic mecanic priciples of fire breathing : everything come from the abs, the air come by the noze and get out by the mouth strongly. This power when blended with a liquid makes a cloud. This cloud when “clean” could be used while moving and sometimes a cloud could be done by 2 persons…
  20. A ce stade vous devriez être capable de comprendre les principes de base de la mécanique du crachage de feu : tout vient des abdos, l’air entre par le nez et ressort par la bouche puissamment. Quand cette puissance est utilisée avec un liquide ça forme un nuage. Ce nuage quand il est propre peux être utilisé en mouvement et parfois un nuage peux être fait a deux…
    10 lines for beginners, please if you have questions feel free émoticône wink My personal teaching method is about starting sitted and with the head sticked on a wall, I wan’t every body feel the obligation of having a blanket and to look after what is the real work of the lips.
    10 lignes pour débuter, si vous avez des questions s’il vous plait émoticône wink Ma méthode personnelle est de commencer assis tête collée au mur, Je veux que chacun ressente l’importance d’avoir toujours un torchons avec soit et de faire attention au réel travail des lèvres.
    This text will be updated, please do not reblog/share if you’re not sure that you can explain each line yourself (I ask that only to keep all the questions at one place).
    Ce texte sera mis à jour, prière de ne pas le partager si vous n’etes pas sure de pouvoir expliquer vous même chaque ligne (je demande ça pour centraliser les questions).
    YOU GOT TO BURN TO SHINE.
    4.24 am Paris, France. DAS

#9

Bonjour , ne voulant pas créer un post je pense qu’ici c’est le bonne endroit pour cette question nul par je n’ai vu mention qu’elle est la différence entre le pétrole dés aromatisée (kerdane) et l’eau de feu .

à part la taille des flammes le gout .

j’aimerai en savoir plus sur l’impacte santée pour ma part je crache au Kerdane: risque de déchaussement des dents, si on en avale très gros risque poumon intestin ça décape … …
Enfin j’évite de pratiquer la crache trop souvent pour maintenir ma santée et je prend les précaution nécessaire quand je le fait mon point qui me fait le plus peur et ou j’aimerai plus d’infos est par rapport au effet sur les dent et muqueuse de la bouche ainsi bien-sur déchaussement entre eau de feu et kerdanne

Qu’en est il de l’eau de feu ? les impactes sur la santée et les dents des personnes saurait m’en dire plus ?


#10

Une personne plus compétente que moi te répondra avec plus de précisions mais ce que je peux te conseiller et “t’expliquer”: Dans les deux cas d’utilisation de ses produits tu risques la même chose, l’eau de feu me semble moins agressive, du moins immédiatement niveau muqueuses. Quand au risque de déchaussement des dents et atteintes des muqueuses tu peux y remédier a court terme ou au moins ralentir le processus grace a des choses très simples: Après avoir craché rince toi bien la bouche a l’eau potable, ne l’avale pas, il suffit de la recracher, un coup de brossage de dent dans l’heure qui suit ou dans l’immédiat un bain de bouche, de l’aloe vera sur le visage soulage très bien déssèchements et brulures.
Il va de soit que si ta pratique est régulière il faut te faire suivre par un médecin de confiance. Le mien est au courant de ma pratique et me prescrit sur ordonnance du “Phosphalugel”, c’est un produit, comme le gavison mais en plus fort uniquement sur ordonnance, qui va “platrer” ton estomac et le protéger des éventuels micro ingestions de produit (faut pas se leurer on en avale toujours des gouttes, c’est encore mon cas pour le moment même si la quantité est vraiment minime.)
Controle des dents, radio des poumons, prises de sang pour prévenir l’empoisonement sont aussi de la partie.

En crachant du feu, tu peux aussi risquer la “pneumopathie du cracheur de feu” C’est en réalité une brulure et destructions des bronches. J’en a eu une et ça fait vraiment très mal, tu peux t’éttouffer a force de tousser ou de ne plus pouvoir respirer suite a l’accident.
Enfin le risque majeur est la brulure: Des cheveux mal protégés, une mauvaise posture, un costume qui prend feu, etc… Tout les paramètres sont a prendre en compte. Un bras brulé c’est 10% de ton corps et ça fait 3/4% d’handicap.

Navrée je peux laisser parraitre que je “dramatise” la chose, et je ne veux surtout pas te dégouter ou te faire peur sur cette pratique, mais il faut être conscient du danger… et des effets que cela cause. Personne n’est pareil et certains supportent très bien… d’autres pas du tout. Pour ma part je suis asthmatique depuis mes 10 ans et je supporte très bien cracher du feu. :wink:


#11

Bonjour et merci de ta réponse pour ma par je prend déja des précaution … je connait les risque mais c’était du cote muqueuse et dent ou je ne savait pas trop , et du coup je prend uin bain de bouche avec moi et je me brosse une heure après les dent je me rince bien après avoir cracher du feu ce qui est des costume je porte que des matière coton / cuir/.

l’aloe vera tu prend ça ou ? gaviscon et compagnie ça me donne envie de gerber donc pour moi j’ny arriverai pas à en prendre ça me foutrait un malaise avant de commencer voir vomissement .

par contre j’aimerai bien en savoir plus sur ““pneumopathie du cracheur de feu” C’est en réalité une brulure et destructions des bronches.” car soi j’ai de la chance ou soit je fait attetion ou un peu des deux comment tu en arrive à la ? comment ça arrive cette accident .

de sur t’inquiete pas ça me dégoute pas de rien mais j’aime bien etre bien informée sur tout ce que je fait et c’est à travers la discution et d’expérience d’autre burneur moin chanceux qu’on met en place les parade pour ce proteger …


#12

Bonjour, je vois que ça s’agite enfin sur le forum du coup je fête la saint cruste :slight_smile:

Tu devrais essayer le phosphalugel si c’est pas déja fait, le goût reste un peu dur à tolérer mais c’est efficace et peut être moins fort que le gaviscon à ce niveau la, a fortiori que j’ai jamais eu besoin d’ordonnance pour m’en procurer! J’habite dans l’est de la france, je ne sais pas ce qu’il en est ailleurs (j’avoue que ça m’intrigue :sweat_smile: ). Je pratique depuis 3 ans, à peu près 10 craches espacées par ans, et à part quelques passages difficiles aux WC le lendemain d’une pratique, pas de soucis.

Je sais pas trop si c’est HS dans le topic actuel, mais google ma sorti un article sur la pneumopathie du cracheur de feu qui répertorie quelques cas, je le mets la quand même (aukazou…)

http://www.em-consulte.com/rmr/article/143709

C’est un peu imbuvable vu la longueur du truc mais en gros, sur les six cas répertoriés, cinq étaient fumeur (le tabac c’est tabou :wink:) ils ont inhalé la vapeur du kerdane pendant la crache ce qui provoque des quintes de toux, une forte fièvre et ont bénéficié d’en moyenne 15 jours à l’hosto! Les symptômes se manifestent soit directement après la crache, soit le lendemain (l’hygiène est importante).

Désolé si ça fait peur, je n’en ai jamais eu jusqu’ici (j’espère que ça va continuer) mais je pense que, pour éviter ce genre d’accident, il faut bien faire attention lors de la crache à garde un souffle “sec”: ne jamais cracher en baissant progressivement la pression mais l’arrêter d’un coup net. De même, garder le produit en bouche le moins longtemps possible. Faire aussi attention au kerdane volatile qui stagne après une flamme, ne pas se précipiter pour la recharge et l’inspiration. Un truc pas débile qui me vient la de suite, c’est de pas marcher (et inspirer) dans la zone de vaporisation juste après une flamme, laisser le nuage se dissiper.

Content de voir qu’il y a de la vie sur le topic, j’aurais appris des trucs :smile:


#13

merci moi aussi j’apprend des truc


#14

Je ne crois pas que le déchaussement des dents soit lié à l’eau de feu ou au pétrole désaromatisé (chacun a des prédispositions physique pour ça ou non). Je crache depuis 2003 de façon régulière (c’est mon metier depuis 2010) et j’ai encore toutes mes dents. Je mange peu de sucre.

Voici deux fiches techniques pour vous aider à mieux connaitre les produits que vous côtoyez :

Eau de feu
Kerdane

Il semble que le phosphalugel ne soit plus en vente depuis 2012 …

Pour te répondre, cracher du feu est une activité dangereuse. Fais toujours attention, écoutes toi, l’astuce c’est de bien prendre son temps et de toujours bien s’essuyer.


#15

Le phosphalugel est toujours en vente sur ordonnance, mon médecin m’en donne régulièrement :wink:


#16

Merci Andrey, donc ça serait une histoire de prédisposition et de prendre soin de ces dents … me fesant suivre par un dentiste étant au courant de ma pratique j’ai plus de chance d’être tranquille ? en surveillant et fessant attention et bien sur mettant tout en œuvre après une crache pour évitée tout problème rincer a l’eau, brossage des dents …

Une question me vient car mon chir et dentiste savent pas trop mais je vais me faire retirer une dent de sagesse en décembre, combien de temps devraisje patienter avant de reprendre la crache ?

Et question Hs: pour das comment pouraisje te contacter pour avoir des infos pour un stage crache fire eating …


#17

Bonjour,

La fiche que DAS a donné sur le phosphalugel semble concerner le produit sous forme de pilule, la version liquide est encore disponible, mais celle en flacon est ignoble à avaler. Perso, je l’utilise sous forme de gel en portion individuelles depuis que j’ai appris la crache. J’en ai encore trouvé cet été en pharmacie et sans besoin d’ordonnance et c’est vendu par lot de je sais plus combien, mais largement assez pour le prix (3 euros max pour une vingtaine de sachet).

Merci DAS pour les fiches sur les produits :slight_smile:


#18

Voici une fiche assez inintéressante pour s’approcher du “métier” de cracheur de feu.


#19
  1. Est-ce que les rotations se réalisent de la même manière avec le Kerdane ou l’aquaflamme ?

  2. Par exemple, pendant un passing, si l’un crache de l’aquaflamme, et l’autre du Kerdane, est-ce que c’est grave ?

  3. Quand on crache du feu, la vue est occupée par la flamme, donc on devient en quelque sorte “aveugle”, donc on s’imagine plutôt se déplacer avec un “sceptre”, je veux dire une longue torche qu’on pourrait tenir à une main, ou à deux mains suivant les situations.

  4. Est-ce qu’on peut créer de nouvelles figures suivant le type d’objet utilisé pour cracher du feu ?


#20

1 Oui.
2 Non.
3 la torche ne change pas la distance entre la flamme et la bouche.
4 Cracher du feu c’est comme chanter, le micro ne change rien ou si peu. Il faut savoir chanter./


#21
  1. Mais se déplacer, c’est un peu comme danser. Pour chanter et danser en même temps, on doit bien adapter la tenue vestimentaire. Ben pour cracher du feu et bouger, il y a bien quelque chose à adapter. En fait, je prétexte la longueur de la torche, et la position de son manche au centre, parce que ça fera resserrer les coudes, et ça fera légèrement incliner la torche sur le côté avant de faire un arc de cercle horizontale devant, avec la possibilité de suivre ou non la flamme en mouvement. Mais il existe d’autres options. Après, faire des pas, ça peut être des pas de danse, ou des pas tous courts, mais ça sera toujours un pas qu’il faudra faire au minimum pour se déplacer ? Est-ce que faire un pas avec une torche normale, et un pas spécial avec un sceptre, ou faire glisser le manche pour accompagner la flamme avec le craché de feu, je ne sais pas tout ce que cela pourrait apporter ?

#22

Tout part de ta technique de souffle. Une fois que tu tiens tes flammes et que t’es à l’aise, le reste c’est de l’interpretation :wink: